Panorama de l’Initiative Dogon Culture (IDC)

Le but de l’Initiative Dogon Culture est de protéger les valeurs historiques et culturelles du Dogon tout en impliquant la communauté locale. Le patrimoine culturel reflète la vie, l’histoire et l’identité du Dogon, il relie leur passé au présent et au futur. La préservation de la culture et toutes ses formes d’expression, comme l’architecture par exemple, est importante non seulement pour la communauté locale et pour la survie de ses valeurs historiques et culturelles, mais aussi pour sa valeur universelle exceptionnelle. En effet, le pays Dogon a été inclus sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1989.
Le but de l’Initiative Dogon Culture est de renforcer le rôle du patrimoine dans les programmes locaux de développement, en renforçant la cohésion de la communauté locale avec sa propre identité. Grâce à la sensibilisation et à la formation, il est possible d’assurer la protection et la préservation à long terme du patrimoine. Une sensibilisation doit commencer en s’adressant aux enfants à l’école, où ils peuvent comprendre l’importance de préserver les sites culturels. Les jeunes peuvent également être formés aux techniques de construction traditionnelles nécessaires à la conservation et à la réhabilitation de l’architecture en terre. Cela pourrait également être une stratégie pour aider les jeunes générations à ne pas abandonner les villages en raison du manque d’emploi et du tourisme qui a précédemment représenté une source de revenus.

Le programme de restauration comprend la réhabilitation de certains bâtiments spécifiques dans le village de Nando, Neni, Yougo Dogourou, Yendouma Ato et la grotte de Toloy près de Pegué. Ces villages font partie du patrimoine mondial de l’UNESCO et ils doivent être protégés pour leur valeur universelle exceptionnelle  et son rôle au sein de la communauté locale. L’architecture unique en terre de ces villages montre les traces d’un enracinement profond de la population sur son territoire et une intégration harmonieuse des établissements humains dans le paysage. En effet, l’architecture a été adaptée pour bénéficier des contraintes physiques de l’endroit.

Le programme de l’initiative Dogon Culture est assez important et il faut une bonne organisation pour mener à bien le travail sur place. Pour cette raison, nous avons maintenant dans notre équipe un nouveau membre, Boureima Teme. Boureima Teme a étudié l’anthropologie culturelle et l’histoire à Bamako et il est un jeune homme alphabétisé et motivé, qui s’occupe maintenant du programme de sensibilisation à l’école de Sangha et de la recherche sur place, en tant qu’expert local. D’une part, l’objectif du programme scolaire est de sensibiliser les enfants et de leur faire comprendre ce qu’est leur histoire, l’importance de préserver leur culture et de protéger les sites culturels contre le vandalisme. D’autre part, l’objectif de la recherche sur le site est d’obtenir des informations plus détaillées sur la restauration des maisons à Yougo Dogourou, sur les symboles et signes à l’intérieur de la mosquée de Nando, des informations plus détaillées de la grotte de Toloy, le village de Neni et Yendouma Ato. De cette façon, nous pouvons garantir que le savoir de la population locale est préservée.

“Pays de culture, pays d’accueil, pays de paix et d’intégration. Arrêtez tout vandalisme et préservez nos cultures et nos sites culturels qui sont les fondements de notre histoire et nous rendent fiers de promouvoir enfin un programme de développement durable. » C’est ce qu’a affirmé Boureima Teme au début de sa tâche. Cela démontre que le travail en commun est essentiel pour une organisation solide avec un véritable partenariat et avec des personnes locales impliquées.